Le jardin, édition 2020

Plan d’été original : un long roadtrip en Westfalia de plusieurs semaines sur la côte ouest. 🚐 🧳
Nouveau plan révisé mid-pandémie : beaucoup de temps à la maison, tout l’été durant. 🏠 🌳

Nous avons donc été de l’avant avec plusieurs petits projets un peu plus cocooning qui auraient été mis en veilleuse autrement : construction d’un cabanon (à venir), inscription à un service local de paniers de légumes jusqu’en octobre, et agrandir un peu notre petit jardin.

Ma philosophie pour notre jardin? On plante pour le fun : si ça marche, ça marche. Si ça marche pas, c’est pas plus grave. Et si ça motive mes enfants à manger quelques légumes de plus, bin tant mieux, c’est ça de gagné.

Les semis

Comme les magasins étaient encore fermés quand est venu le temps de démarrer des semis, nous n’avions pas de semences pour les partir. Nous avons donc utilisé les graines de légumes que nous avions sous la main : tomates cerises et poivrons de couleur. D’ailleurs, Marthe Laverdière a été une belle inspiration pour nous motiver à partir nos semis : elle, elle niaise pas avec ça! haha!

Nous avons planté dans des petites barquettes de carton que j’avais déjà en stock — ça a fonctionné, mais le sol devenait sec trop rapidement. Nous aurions dû écouter Marthe : ma soeur Karine a essayé sa méthode et a eu un succès fulgurant avec ses semis de tomate (genre, 46 petits fouets de tomate dans le même contenant de margarine)… elle nous a fait un don, yé. 😁 Par contre, une fois replantés dans un contenant plus grand, et qui garde mieux l’humidité (un 2L de crème glacée Coaticook!), nos plants de tomate cerise ont « profité », comme dirait ma grand-mère, et nous avons eu quelques bon candidats. Quatre beaux mini plans de poivrons, aussi (c’est si joli). Pour compléter, j’ai acheté de petits plants de concombre et un de courgette. Avec un arrosage quotidien — nous avons le temps, nous sommes à la maison! — nous étions prêts quand est venu le temps de planter.

Ah oui, et j’ai aussi fait une autre expérience de repousse avec la laitue romaine, en plaçant des pieds de laitue dans un bol d’eau. L’idée était d’avoir une repousse, je me demandais si j’allais pouvoir la replanter dans le jardin un peu plus tard (j’y connais rien). Résultat : ça a pris 3 semaines, et des petites feuilles nouvelles sont apparues. Par contre, vers la fin, elles n’avaient pas l’air de vouloir grandir davantage, et je n’étais pas pas près de me faire une salade! Bref, l’effort versus le résultat n’en vaut pas la peine.

Cela dit, le même genre de processus est super efficace avec l’échalote! Je n’ai pas de photo, mais quand j’ai un reste d’échalote (oignon vert) qui va être perdu, je le place dans l’eau un jour ou deux pour qu’il fasse des racines, et je le plante dans un pot près de mes autres plantes de maison. Il continue alors de pousser et j’ai occasionnellement un nouveau brin d’échalote que je peux cueillir au besoin.

Le bac

Nous avions déjà un carré surélevé de 4 pieds par 4 pieds dans lequel nous plantons habituellement quelques items chaque été, et 2 jardinières sur le balcon arrière. Cet été nous y ajoutons un beau bac de bois sur pattes de 3 pieds par 6 pieds qui a été fabriqué par un monsieur retraité qui habite pas très loin. Ça fait plusieurs années qu’on admire ses bacs lors de nos marches dans le quartier, qu’il fabrique et offre à un prix abordable. François, sur un (heureux) coup de tête, lui en a commandé un en passant au printemps, et on l’a installé près du deck arrière, bien au soleil. On n’aura même pas besoin de mettre les pieds dans l’herbe pour récolter!

Il y a déjà une bâche agrafée au fond pour protéger le bois. Les planches du fond sont un peu espacées, et François a percé la bâche à quelques endroits pour laisser l’eau s’égoutter. J’ai agrafé un peu de polyéthylène autour pour protéger les parois de la moisissure.

En suivant les conseils de Marthe (cette fois…), j’y ai d’abord déposé quelques bûches menues recouvertes d’une épaisseur de feuilles mortes pour créer une couche de fond qui va se décomposer avec le temps. Ça a économisé un peu de terre aussi… ça en prend pas mal pour remplir un grand bac! Nous avons rempli avec un mix de terre de jardin et compost de crevettes.

Dès que la chaleur a été au rendez-vous, nous avons pris quelques minutes en famille pour installer nos jeunes pousses en terre. Oh, et j’ai planté quelques tiges de bambou qui traînaient dans la remise, que François a attachées avec de la ficelle, qui devraient servir de tuteurs quand les concombres et courgettes seront prêts à grimper — je ne suis pas sûre si ça va bien marcher… on ajustera dans quelques semaines au besoin.

Les plants

Dans la partie gauche, nous avons installé les plants de tomates… on n’est plus certains lesquelles sont des tomates cerises et des tomates normales, ça va être une surprise. 🤷 Au fond, au milieu, les plants de concombre et, tout à droite, le zucchini. En avant, deux plants de menthe (marocaine et chocolat) achetés au Costco suivis de nos 4 plants de poivron et, finalement, 2 rangées de laitue romaine — ce sont des graines qui sont cousues dans un ruban, il suffit de l’enfouir pas trop creux dans la terre.

On voit d’ailleurs les petits marqueurs de plante que François m’a imprimés avec sa nouvelle imprimante 3D. Je les ai peints à l’acrylique en rose peau (ils appellent ça « nude », c’est une couleur bin tendance). Anyway ça fait bin cute. Reste à voir s’ils vont survivre la saison.

Dans la grande jardinière, j’ai mis 2 plants de fraises. Nous avons déjà mangé une fraise, et plusieurs autres seront bientôt prêtes. J’ai fait l’erreur 1 fois, dans le passé, de planter des fraises dans le jardin avec les autres légumes : c’est une plante qui « coure » énormément — vous voyez ci-dessous, on voit les tiges qui se déplacent déjà et vont se replanter d’elles-mêmes plus loin — alors elles envahissent l’espace assez rapidement.

Dans le carré 4×4, il y a déjà un plan de ciboulette qui prospère dans le coin plus ombragé depuis des années. Le seul entretien que je dois faire, c’est de le couper un peu et parfois en déraciner une partie, car il grossit toujours et je risquerais de me retrouver avec 16 pieds carrés de ciboulette.

Au fond, pour le fun, François a planté 2 vieilles patates qui avaient commencé à germer dans le fond de l’armoire (décidément, notre jardin ne nous coûte pas cher de semences cette année, haha!). On va voir ce que ça va donner.

Vers l’avant, nous avons mis un plan de persil, 2 plants de tomates un peu plus pouesh qui n’ont pas eu leur place dans le grand bac — juste les plus beaux dans le grand bac!! 😂 — et des graines de tournesol rouge (un petit sachet que j’ai acheté au Jardin du coin en même temps que la romaine).

Et les voilà qui pointent déjà leur nez quelques semaines plus tard, avec l’arrosage quotidien de Xavier (oui, j’ai coupé la ciboulette déjà).

Petit apparté pour expliquer le nain : c’est un cadeau de mon amie Amélie il y a des années, en référence au petit nain de jardin voyageur du film « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain« . Si vous ne l’avez pas déjà vu, essayez-le, ça vaut vraiment la peine.

Et voilà le grand bac, après 2-3 semaines.

Je vous reviens vers la fin de l’été pour faire un suivi. De votre côté, avez-vous préparé un jardin? Avez-vous des trucs à partager?


Recevez les prochains articles

Vous avez apprécié ce contenu? Inscrivez-vous pour recevoir les nouveaux articles dès leur publication. 😊 (Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.)

Laisser un commentaire